Léonce Dussarrat dit "Léon des Landes"

 

Léonce Dussarrat est né à Dax le 26 juillet 1904. Négociant en fer, il exploite avec un associé une quincaillerie d’une dizaine d’employés. Excellent tireur, durant son service militaire, il participe à l’instruction au tir des élèves-officiers des écoles de Saint-Cyr, Polytechnique et Centrale. Dans les années 1930, Léonce Dussarrat est un chrétien, proche des idées du Parti Social Français du colonel de la Rocque. Jeune veuf avec un enfant, il se remarie avant guerre. En 1940, il parvient à rejoindre Dax sans être fait prisonnier.

Rien dans ces trente cinq premières années de la vie de Léonce Dussarrat ne semble le prédisposer à devenir chef départemental des FFI des Landes puis lieutenant-colonel d’un régiment d’infanterie de l’armée française reconstituée. Cependant le refus de la défaite et du déshonneur, un patriotisme exigeant, des qualités de meneur d’hommes et des facultés d’adaptation à des situations nouvelles pour l’époque prouvent le contraire.

Deux événements majeurs décident de son destin : tout d’abord lorsque son associé, Léon Baraille, malade, lui révèle qu’il est le responsable départemental de l’OCM et lui demande de poursuivre son action. Le second événement qui fait de Léonce Dussarrat le chef incontesté de la Résistance landaise survient le 29 septembre 1943 : Léonce Dussarrat, déjà recherché, commet l’imprudence d’assister aux obsèques de son ami et associé, Léon Baraille et de passer dans les bureaux de sa société. Il est alors visité par deux hommes de main de Grandclément, le chef régional de l’OCM , tandis que celui-ci accompagné du gestapiste Wilhelm Dhose attend dans la rue. Léonce Dussarrat refuse de livrer ses armes à l’ennemi et échappe de peu à l’arrestation. Dès lors, Léonce Dussarrat bascule dans la clandestinité, cachant sa femme et ses quatre enfants.

Les déplacements dus à son métier et les très nombreuses connaissances qu’il a dans et hors le département des Landes, lui ont permis d’établir ses propres réseaux mais aussi de prendre contact avec d’autres réseaux déjà constitués : les réseaux Alliance, Andalousie, la filière d’évasion Comète, Libération Nord, les Corps francs de la Libération, Résistance PTT, Résistance Fer, le bataillon d’Armagnac du commandant Parisot et du colonel Monnet… Par l’intermédiaire de Henri de Mesmay, industriel et officier de réserve, Roger Landes, « Aristide », agent anglais du SOE et chef du réseau Actor, entre en contact avec Léonce Dussarrat et le nomme responsable pour les Landes. Grâce aux parachutages, Léon des Landes reçoit tout d’abord des explosifs puis des armes, qu’il peut cacher avant de les distribuer aux différents groupes sous ses ordres.

Des instructeurs itinérants du BCRA/SOE forment un petit groupe de résistants triés sur le volet réunis autour de Léonce Dussarrat aux techniques de la clandestinité, du renseignement, des transmissions, du maniement des armes puis de la guérilla. Ce premier noyau dépasse rarement l’effectif de quatre, réunissant à chaque fois Léonce Dussarrat, Henri de Mesmay et Michel Renaud.

Fin avril 1944, il reçoit les ordres écrits pour l’organisation de la guérilla et pour la création de maquis lors du débarquement. Dès la réception des messages d’alerte, Léonce Dussarrat réunit ses troupes de sédentaires, distribue armes et explosifs, organise l’instruction sommaire et lance les embuscades et les sabotages. Ces actions sont toujours à l’origine de comptes-rendus à Londres et à Alger dont les messages radiodiffusés reprennent parfois la teneur.

A Thétieu, le 11 juin, un bataillon de police allemande encercle le maquis qui a été constitué conformément aux ordres reçus. Léonce Dussarrat décide de la dispersion du maquis et piège le stock d’armes et d’explosifs avant de s’enfuir avec Michel Renaud par l’Adour. La réalité géographique des Landes montre que la constitution de maquis est impossible et Léonce Dussarrat continue son action avec des groupes très réduits de saboteurs.

Le 26 juin, le délégué militaire régional Triangle nomme Léon des Landes colonel.

A Averon-Bergerelle, le 11 août 1944, Durandal, le chef de l’AS pour le Sud-ouest, Broqua, chef du MLN pour les Landes, Charles Lamarque-Cando, Hilaire et Aristide, les deux agents du SOE, respectivement pour Toulouse et Bordeaux, désignent Léon des Landes chef départemental des FFI. La trahison de Grandclément a totalement désorganisé la Résistance dans toute la région B. Cette vacance du pouvoir permet l’apparition d’un homme comme le colonel Carnot, Jean de Milleret, capitaine d’active en 1940, ancien chef du Chantier de la jeunesse numéro 27 en Ariège qui revendique le pouvoir militaire dans les Landes.

Lors de la poursuite des Allemands, dans leur reflux vers Bordeaux, Léonce Dussarrat organise la prise de Mont de Marsan, aidé par l’équipe Jedburgh Martin parachutée dans le Gers, participe aux combats du pont de Bats, avant de libérer Dax. De là, Léonce Dussarrat lance la compagnie Doussy de Soustons vers Bordeaux, forme une colonne englobant les troupes du colonel Carnot et part de Dax vers Bordeaux. Le département des Landes est libéré le 28 août 1944.

A Bordeaux, l’état-major du colonel Druilhe nomme le colonel Carnot à la tête d’une brigade qui rassemble les troupes hétéroclites venant de toute l’Aquitaine à la recherche du contact avec l’ennemi dans le Médoc. La compagnie FFI « Léon des Landes » de Soustons en fait partie.

La libération des Landes achevée, Charles Lamarque-Cando (Carlos dans la Résistance) est président du Comité départemental de la Libération. Léonce Dussarrat, son adjoint, est chef des Forces françaises de l’intérieur. Les Landes sont un département rural qui ne souffre pas des problèmes de ravitaillement. Cependant l’action énergique de Charles Lamarque Cando et de Léonce Dussarrat permet le rétablissement de la légalité républicaine en douceur, permettant de dissoudre des groupes armés et surtout d’éviter une épuration sauvage.

Le 17 septembre 1944, Aristide, Charles Lamarque-Cando, Léonce Dussarrat, le colonel Carnot et le général Chevance-Bertin participent aux négociations pour la reddition des troupes allemandes à la pointe de Graves : c’est un échec que le colonel Carnot impute à Léonce Dussarrat et à « l’agent anglais » ; ces derniers reprochant à Chevance-Bertin et de Milleret d’avoir brusqué les Allemands lors des négociations. L’après-midi, le général de Gaulle reçoit Léonce Dussarrat et Charles Lamarque-Cando à la préfecture de Bordeaux.

Les 13 et 14 octobre 1944, à Avignon, Léonce Dussarrat accompagné de Charles Lamarque-Cando, le fils de celui-ci et Michel Renaud, participe aux Etats-généraux des Comités départementaux de la Libération. Cette grande réunion des chefs de la Résistance est l’occasion de rencontrer diverses personnalités dont Maurice Bourgès-Maunoury, futur commissaire de la République à Bordeaux.

La Résistance est terminée, la création d’une formation militaire landaise se concrétise avec la mise sur pied du 34 ème régiment d’infanterie dont Léonce Dussarrat est à l’origine. Conscient de son manque de formation militaire, Léonce Dussarratl n’hésite pas à s’entourer d’anciens officiers d’active rejoignant la nouvelle armée, pour commander ce régiment dont il est officiellement le chef de corps avec le grade de lieutenant-colonel, par décision du 13 décembre 1944 de l’état-major national.

En juillet 1945, il rencontre Churchill à Biarritz lorsque celui-ci vient s’y reposer avant de se rendre à la conférence de Potsdam.

Fin avril 1945, rejoint par Lamarque-Cando, Léonce Dussarrat participe aux ultimes combats de la Pointe de Grave. Les éléments avancés de son régiment font prisonnier le colonel Prahl commandant la défense de la Festung. L’Aquitaine libérée, Léonce Dussarrat considère son action terminée et demande par lettre au ministre de la Guerre d’être dégagé de ses responsabilités.

Revenu à la vie civile, il reprend son exploitation qu’il fait prospérer créant des succursales à Pau et Bayonne. Il devient président de la société de tir de Dax, de la Fédération des Sociétés de tir des Landes, de la Fédération des Chasseurs des Landes, de la Société d’Entraide des membres de la Légion d’honneur, président d’honneur de la Ligue de tir d’Aquitaine, de la société de chasse des Landes et du Comité d’Action de la Résistance landaise, président d’honneur de l’amicale du 34 ème RI. Il est même membre du jury international aux épreuves de tir aux Jeux olympiques d’Helsinki en 1952.

Dès l’immédiat après-guerre, son action dans la Résistance est diffamée notamment par le journal Ce soir mais des actions en justice rétablissent la vérité. Les ennemis de la Résistance expliquent sa réussite sociale par le détournement des fonds parachutés dans les Landes alors qu’il n’a jamais été destinataire de tels parachutages. Sa position de chef unique de la Résistance landaise n’ayant pas cédé aux demandes de Grandclément suscite de nombreuses jalousies et beaucoup cherchent à minorer son action en se présentant comme son chef ou en tentant de cacher son action.

Chevalier de Légion d’honneur (décret du 28 juin 1945), Croix de guerre 1939-1945 (deux palmes et une étoile de bronze), Médaille de la Résistance avec rosette (décret du 3 janvier 1946), Médaille du roi Georges VI pour actes de courage dans la cause de la liberté, Léonce Dussarrat dit Léon des Landes dans la Résistance, est décédé le 8 août 1976 à Anglet.

Pierre CHABOT

 

Sources : - Archives privées Léonce Dussarrat. -Témoignage Michel Renaud.

 

Haut de page